Envoyez par mail 'Les lépreux, c’est eux' à un ami.

Envoyez une copie de 'Les lépreux, c’est eux' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

3 réflexions au sujet de « Les lépreux, c’est eux »

  1. Les joies du mariage arrangé par l’oligarchie et la surprise bonux de la nuit de noce.

    Que se passe-t-il lorsque les peuples déshabillent la mariée Europe de ses beaux atours de paix, de prospérité et de démocratie ? Ils découvrent l’Union, une horrible mégère néolibérale qui a sanctuarisé dans ses traités la loi des marchés.

    Günther Oettinger, un Commissaire européen l’a avoué dans son grand élan de haine non maitrisée contre la populace : les marchés sont là pour apprendre aux gueux à bien voter.

    Il suffit de demander aux Grecs, transformés en Haïtiens, et condamnés eux-aussi à rembourser une dette éternelle aux marchés.

  2. Jamais entendu parler de la misère des GJ.
    Ce n’est pas en faisant venir plus de misère que nous ferons diminuer celle des GJ. La solidarité s’arrête quand le frigo est vide, c’est triste, c’est horrible, mais c’est la vie, la vraie pas celle des livres.
    Karl marx l’ a bien expliqué: l’immigration est l’armée de réserve du capital. Cette armée ne sert qu’a diminué le salaire des ouvriers.
    Ouvrier qui se retrouve en GJ, et la boucle est bouclé.
    Je n’ai pas fait d’étude supérieur, mais je l’ai compris. Pourquoi les enarques ne le comprennent ils pas ?…..

    1. Pourquoi les énarques ne le comprennent ils pas ?

      Mais ils le comprennent parfaitement et la mise en concurrence des pauvres avec plus pauvres qu’eux est même le but recherché ! Avec le double effet kiss-cool que non seulement la chose fait baisser le « coût » du travail mais qu’elle alimente aussi l’extrême-droite dont on peut ensuite se servir comme épouvantail pour présenter le pillage de l’économie sous le jour d’un combat pour les libertés.

      Il faut bien comprendre qu’être énarque signifie non seulement avoir l’assurance d’un emploi à vie avec de très confortables rémunérations, mais encore et surtout la possibilité de faire de très lucratifs allers-retours dans les grands groupes privés. De retour dans la haute administration, comment imaginer alors un seul instant qu’un énarque puisse mordre la main qui l’a si bien nourri ?

      Et si de nos jours les enfants des classes moyennes ont à peu près l’assurance de vivre moins bien que leurs parents malgré un niveau d’études supérieur, la reproduction des élites, elle, s’accentue.

      https://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/ena-la-reproduction-des-elites-s-accentue-denonce-un-chercheur-16909/

Les commentaires sont fermés.